Chers concitoyens,

cette photographie vous invitera, peut-être, à la réflexion.

 

Evoque-t-elle les dégâts inéluctables que nous allons devoir subir de plus en plus souvent en raison des dérèglements climatiques ?

Ou bien ce chêne coupé en deux, est-il une métaphore de la division qui règne parfois dans notre société, que ce soit entre les différents partis lors des élections, entre les groupes humains, entre voisins et parfois à l’intérieur même de chaque individu ?

A vous de voir …

Mais quelle satisfaction de pouvoir agir ensemble, lorsque la tempête s’abat, comme ce dimanche 20 juin, pour dégager les routes et chemins privés, nettoyer ce qui peut l’être et passer de maison en maison pour apporter l’aide dont chacun peut avoir besoin un jour. Je rends ici hommage aux nombreux habitants qui, spontanément, ont apporté leur aide, leur énergie et leur matériel. C’était d’autant plus important que les services du Département, débordés, n’ont pu intervenir que le lendemain. Ainsi, grâce aux nombreux volontaires (je ne peux tous les citer ici mais … MERCI !) et aux entreprises locales venues avec leurs engins (SARL Plantier, Fabrice Guigon BTP) ou leurs tronçonneuses (Romain Lambert), les voies ont été dégagées en moins de trois heures ! Les Pompiers sont également intervenus en renfort le lendemain, et ENEDIS a fait son maximum afin de rétablir le courant au plus vite. Espérons qu’Orange sur qui nous maintenons la pression en fasse autant !

Dans les hameaux, nombreux sont ceux qui ont aidé leurs voisins, participé au nettoyage des routes ou même mis en commun un groupe électrogène comme à Carnoulès pour permettre aux réfrigérateurs et congélateurs de continuer à fonctionner. Nous étions seuls et nous avons agi ensemble … La solidarité et la fraternité se cultivent, et ce jour de tempête a démontré que bon nombre d’agrifoliens en avaient à revendre !

Heureusement, il n’y a eu que des dégâts matériels ce jour-là.

Malheureusement, en dégageant des arbres encroués le jour suivant, Dorian Gras, notre agent technique, a eu un accident et s’est fracturé une vertèbre. Toutes nos pensées l’accompagnent, lui et ses proches, dans cette épreuve difficile et nous espérons que sa convalescence se passera du mieux possible.

Cette « tempête » (puisque notre préfète a refusé de la qualifier de catastrophe naturelle !) et l’évolution sur ces dernières années de ce type de phénomène, doit nous amener à réfléchir au futur mode de gestion de nos forêts, nous en reparlerons à la rentrée …

Pour l’heure, je vous souhaite à tous un très bel été.

Guy Manifacier